De l’érotisme à la barbarie, la face cachée des abeilles…

J-10

En cette belle matinée de printemps, je me réveille tout doucement, la douceur de la nuit dernière m’a permis de me reposer un peu. Mon corps encore engourdit reprend rapidement vie, mes ailes s’ouvrent, je me remets au travail. L’ambiance est particulière ce matin. Mes sœurs et moi nous nous sentons à l’étroit, la place manque, on se bouscule. Je me dirige timidement vers l’entrée. Un rayon de lumière me parvient. J’aperçois la danse des butineuses qui me rassure, indice que les fleurs nous crient silencieusement leur amour. Mes sœurs dansent, subtilement. Ce matin, leur élégance m’étonne.

J-8

Toujours affairée à m’occuper de ma reine, je la nettoie, je la protège, la réchauffe et la nourrit. Ma reine est mon tout. Mes sœurs sont mon tout, ma vie, ma colonie. Pourtant aujourd’hui j’ai décidé d’affamer ma reine. J’arrête la production de gelée royale, ma reine en souffre, je le sais mais je le fais. Ma reine pleure de faim, je le sais, mais je le fais. Trois cellules royales sont déjà en construction. Il est temps.

J-3

Ma reine, ma douce reine a perdu de sa splendeur, elle ressemble désormais à mes sœurs, son ventre fécond s’est réduit. Elle est prête, il est temps.

Jour J

Le signal est donné, l’heure est proche. Un tiers de mes sœurs se gavent de miel, elles emmagasinent une énergie folle pour l’aventure qui les attend. Leur chance de réussite est tellement faible, mais elles se préparent avec une énergie et une vigueur incomparable. Les éclaireuses vont et viennent. Il est difficile de comprendre ce qu’elles se disent, elle se touchent puis repartent. Leurs échanges sont brefs. Les conversations sont animées, elles ne sont pas toutes d’accord, mais le temps presse.

H-30

Je m’affole, sans trop savoir pourquoi. Je cherche ma reine. Il fait chaud, vraiment chaud, la température est inhabituelle. J’aperçois ma reine, je l’agrippe fort. Moi qui de coutume prenais soin d’elle, je la violente, la bouscule. Je la tire de force vers la sortie et la laisse entre les ailes de mes sœurs. Je ne la reconnais plus. Le vrombissement de ma colonie se fait plus fort, plus puissant. Mes sœurs forment désormais une grappe autour de cette reine déchue que fut ma mère. Des bips incessants les animent.

H-10

Patiemment mais efficacement, les éclaireuses se calment, comme animées par une force qui les dépassent elles se sont mises d’accord. La colonie se tait. Plus personne ne bouge. Le temps se fige, plus rien ne se passe.

Heure H

La température est glaciale toute à coup! Après quelques minutes d’un silence étourdissant, un bruit sourd se fait entendre, une explosion ! Dans le ciel, le vol de mes anciennes sœurs se veut majestueux. Elles sont partout, elles volent dans tous les sens. Après quelques secondes, elles se regroupent autour de la reine qui désormais n’est plus mienne. Je ne les vois déjà plus. Je suis orpheline.

EssaimageImage tirée du livre le génie des abeilles par Eric Tourneret Sylla de Saint pierre et Jürgen Tautz

Je suis à l’étroit ici, il fait noir.  Il y a eu beaucoup d’agitation ces derniers temps. Mais depuis quelques minutes plus un bruit. Il faut que je me dégage. Une explosion résonne, il faut que je sorte de là ! Mon berceau est trop petit.

J’enlève peu à peu l’opercule de ma cellule, j’en gratte les couches successives. Mon nid était si doux, le lait apporté par mes sœurs si précieux. Mais je suis une princesse maintenant, je me hisse hors de mon nid et je me mets à hurler de toutes mes forces. Ce cri strident fige la colonie, c’est un message d’avertissement. Mes autres sœurs vierges me répondent du fond de leur berceau royal, la note émise est plus grave, elles ont reçu le message, elles doivent abdiquer. Plus personne ne bouge dans ma ruche. Une horde de sœurs s’empresse à l’entrée de chaque cellule royale pour en bloquer la sortie.

Je m’avance vers chacune d’entre elles, j’entends les autres princesse crier de peur. Sans aucun remord, mes mandibules percent leurs cellules et j’enfonce mon dard pour leur transpercer le cœur avant même qu’elles puissent voir la lumière du jour. Leurs vies prend fin avant même leur  naissance.

Quelques jours se sont passés, une dizaine d’abeilles dévouées m’entourent, me nettoient et me nourrissent. Mais mon devoir est grand. Je dois me remplir !

Il y a un peu de vent, la température est bonne et le soleil caresse mes ailes. Je m’envole vers ma destinée, animé d’un désir ardent. Je diffuse alors un parfum d’amour, un subtil cocktail de phéromones irrésistible. Mon vol nuptial a commencé. Volant à contre courant, un faux bourdon se dirige vers moi. J’ouvre mon abdomen. Il me percute violemment. Son endophallus pénètre ma chambre , 11 millions de spermatozoïdes me remplissent. Cette éjaculation explosive lui est fatal. Ces organes reproducteurs alors comprimés et dans une douleur atroce, il se détache et chute de plusieurs mètres vers une mort quasi instantanée. Je remporte ainsi le combat contre une dizaine de mâles conduit au suicide par la luxure (1) .

Vol nuptial de la reine des abeilles Image tirée du livre le génie des abeilles par Eric Tourneret Sylla de Saint pierre et Jürgen Tautz

Je suis mère maintenant, je rentre à la maison victorieuse, acclamée comme une reine par mes sœurs. Je n’ai plus qu’un seul but , pondre pour assurer la vie. Je déposerai des œufs sans relâche dans chacune des cellules libres créées par mes sœurs.

Les jours et les mois défilent, la vie fait vibrer la colonie d’une puissance incroyable. Nous sommes fortes et les températures de l’hiver ne sont qu’un lointain souvenir.  En cette belle matinée de printemps, j’observe une de mes abeilles. Elle se réveille tout doucement, la douceur de la nuit dernière lui a permis de se reposer un peu. Son corps encore engourdit reprend rapidement vie, ses ailes s’ouvrent, elle se remet au travail. L’ambiance est particulière ce matin….

 

Sources  : (1) Le Génie des abeilles par Eric Tourneret Sylla de Saint pierre et Jürgen Tautz

Partagez l'article, sauvez les abeilles .
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  
  •  

2 thoughts on “De l’érotisme à la barbarie, la face cachée des abeilles…

  • by Sarah Gascoin

    J’adore cet article et la façon que tu as de le raconter.
    Pour avoir déjà assistée à des essaimages de nos ruches, je suis d’autant plus heureuse d’en apprendre plus sur ce qui se joue à ce moment-là, surtout que ton style est top !

    • by Julie DEZES This is post author

      Merci Sarah,
      C’est vrai que c’est fascinant cette façon de communiquer entre elles. Ça reste tout de même énigmatique… pourquoi exactement elles décident d’essaimer ? Comment peuvent elles prévoir 10 jours avant qu’elles vont essaimer ? C’est tres intrigant et par la même quasiment incompréhensible 😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>