Mise à jour du défi, vers une récolte de miel plus naturelle

La ruée vers le miel

Il y a de ça 3 semaines, je vous ai parlé d’un défi que je me lançais à moi même de produire du miel en 100 jours en partant de zéro. Pour le bien être des abeilles, j’ai décidé de mettre à jour mon objectif, allez suivez moi je vais vous expliquer !

Le 12 Juillet dernier, accompagnée par Cédric, mon cher voisin désireux de découvrir le monde de l’apiculture, j’ouvre ma ruche quand je constate avec stupeur que mes abeilles ont dévoré le miel qu’elles avaient pourtant stocké en masse lors de ma dernière visite quelques jours plutôt . En plus de ça les abeilles sont agressives et leur attitude me questionne.

Miel

La divergence des informations sur internet

Mais que s’est –il passé ? Si comme moi vous débutez, vous ne comptez pas les heures passées sur les forums, les groupes de discussion Facebook, les livres pour essayer de comprendre ce qu’il peut se passer à l’intérieur de votre chère petite ruche. Et comme moi vous constatez que les informations se mélangent, que certaines n’ont pas de sens et même qu’elles se contredisent. Je n’y comprends rien, absolument rien ! Je n’ai pas dit mon dernier mot ! Je décide d’appeler mes amis apiculteurs chevronnés, eux même ont des visions différentes ! Je ne sais plus où donner de la tête.

Complétement perdue, je me pose à proximité de la ruche et je décide de mettre à profit ce que j’ai écrit dans mon article l’apiculture comme remède anti stress. Alors hypnotisée par les allers et venues de mes chères protégées, je comprends qu’elles sont organisées avec une subtilité qui me dépasse. Et surtout que toute la colonie est soumise aux aléas de la nature.

Vers une apiculture plus naturelle

Mais oui mais c’est bien sûr Julie !

Rappelle toi pourquoi tu t’es mis à l’apiculture, pour renouer avec la nature ! Cela t’impose de vivre à son rythme donc minute papillon ! Regarde les, et prends le temps de les comprendre.

A quoi sert le miel ? A régaler mes papilles , à faire des produits cosmétiques, à adoucir ma gorge mais aussi et surtout à nourrir les abeilles ! Les abeilles produisent le miel avant tout pour vivre pendant les saisons douces et survivre pendant la période hivernale. Si la quantité de miel n’est pas suffisante elles mourront de faim pendant l’hiver !

Ni une ni deux, me voilà reparti sur internet ( oui je sais mais c’est tellement facile !), mais cette fois avec une vision tout autre de mon défi. Mon vœux le plus profond est de participer à la sauvegarde  des abeilles et non pas de faire du miel. J’étais impressionnée par les grands apiculteurs, qui parle en kilos de miel produit par ruche récoltée au mois de juillet, et je reliais ça à la bonne santé des abeilles, quelle erreur ! Les abeilles ont ça de fascinant, elles produisent du miel bien plus que nécessaire, ce qui nous permet d’en percevoir les délices. Cependant, pourquoi récolter le  miel en été , et pas au printemps une fois l’hiver passé, pour être sûr que ces dames ont eu assez à manger ?

La ruche kenyane

C’est l’idée soutenue par le site ruche naturelle qui prône une apiculture respectueuse des abeilles et qui me correspond beaucoup mieux.

Donc fini la course au kilo de miel et bonjour la récolte au printemps, fini la ruche “dadant” classique et bonjour la TBH ou ruche kenyane que je vais construire pendant l’hiver. La ruche kenyane permet aux abeilles de se développer plus naturellement et permet une récolte du miel au printemps, ça me va bien. Je vais étudier tout ça et je vous en dirais plus très bientôt.

Ruche kenyaneRuche TBH ou ruche kenyane ouverte pour les besoins de la formation

Le choix difficile de la survie

Mais pour l’instant l’urgence est autre , mes abeilles n’ont pas assez à manger pour elles mêmes, alors soit je laisse faire soit je leur donne un petit coup de main. C’est un choix difficile, je sais qu’en laissant faire la nature, les provisions de ma ruche ne permettront pas à ma colonie de passer l’hiver. J’ai la possibilité de les nourrir, c’est à dire de leur donner de l’eau sucrée pour qu’elles vont transformer en miel. Mais je me dis que les nourrir va à l’encontre de l’idée que je défends. Je ne peux pas m’enlever de la tête que les aider de la sorte participe aussi à affaiblir l’espèce. Quel choix cornélien….

Un nourrissement assumé

Mais je ne peux pas me résoudre à les voir mourir, je passe donc à un nourrissement 70/30 dit nourrissement  de stimulation tous les 5 jours sur la fin du mois de Juillet. Puis nourrissement 50/50 200ml tous les deux jours sur le mois d’Août. J’ai fait une combinaison entre ce que j’ai trouvé sur internet et comment je le sens, on verra bien. De toute façon je commence bien à comprendre que l’apiculture est un délicieux mélange de connaissance et de “feeling”.

NourrissementNourrissement de la ruche avec eau + sucre 70/30 sur une ruche Dadant, nourrisseur rond

Un nouveau défi en perspective

Mon défi se transforme donc de “100 jours pour faire du miel en partant de zéro” en “365 jours pour faire du miel en respectant les abeilles. Va falloir que je me mette au bricolage de ma ruche kenyane et que j’apprenne encore et encore, les abeilles sont loin de m’avoir livré tout leurs secrets.

Et vous qu’auriez vous fait ? Laissez mourir la colonie ? Ou peut être aviez vous une meilleure idée ? Faites moi partager vos questionnements ou peut être vos astuces ?

Partagez l'article, sauvez les abeilles .
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  
  •  

7 thoughts on “Mise à jour du défi, vers une récolte de miel plus naturelle

  • by Sarah Gascoin

    Salut Julie !
    J’adore cet article et l’idée qui s’en dégage, je trouve ton nouveau défi bien plus réaliste et heureux pour tous.
    Pour avoir des ruches avec mon mari depuis quelques années nous nous sommes aussi plus intéressés au fait d’avoir des abeilles dans notre jardin, et le plaisir que ça nous procure, que au fait de récolter du miel! D’ailleurs le seul miel qu’on n’ait jamais récolté c’est celui d’un essaim qui est mort un hiver, on ne sais pas pourqoui, laissant des rayons pleins de miel.
    Mon mari a lui opté pour des “ruches troncs”. Est-ce que tu connais le principe? Je ne peux pas trop t’expliquer à part que c’est un tronc d’arbre évidé, qu’on met l’essaim dedans et qu’il se construit lui-même ses rayons. Une autre méthode naturelle 😉
    Pour le nourrissement, je partage tes questionnements. Mon mari lui donne quelque fois à manger aux abeilles, par contre lui il leur donne directement du miel (d’un pot acheté en supermarché). Pourquoi est-ce que toi tu as choisi de l’eau sucrée ?
    En tout cas j’adore ton nouveau défi et je serais heureuse de le suivre !
    Bonne continuation à toi !

    • by Julie DEZES This is post author

      Salut Sarah,

      Oui je me sens beaucoup plus en accord avec cette vision de l’apiculture. D’ailleurs je me suis renseigné sur les ruches troncs. Effectivement c’est une méthode qui respectent totalement l’abeille. ça me donne donc une idée. Je pense que d’ici quelques temps, en plus de la ruche Kenyane je vais tenter d’autres types de ruches, dont la ruche tronc. Pour pouvoir faire des comparatifs. Bref, l’idée vient juste de germer, donc je garde ça dans un coin de ma tête mais merci pour cette nouvelle piste.

      Pour le nourrissement, ta question m’a donné du fil à retordre. Pour être honnête, je ne savais que l’on pouvait nourrir avec du miel. J’ai donc fouiner de mon côté. Les avis divergent, et c’est un sujet très sensible apparemment chez les apiculteurs. Faut que je creuse plus du coup et je pense que ça fera l’objet d’un article entier.Mais pour répondre directement à ta question, j’ai choisi de l’eau sucrée car le formateur m’a appris comme ça à la formation :), j’avais pas cherché plus loin jusqu’à ton commentaire

      Merci Sarah

  • by Flore D.

    Bravo pour ton changement de cap, Julie!
    Je ne peux qu’adhérer à ta philosophie qui me parle complètement! 🙂

    Effectivement, certaines personnes ignorent que les abeilles produisent du miel pour passer l’hiver et non pour notre plaisir.

    Ta dernière photo répond un peu à ma question sous l’article “Comment s’occuper des abeilles au mois d’août” mais je veux bien en savoir plus tout de même…

    Je croise les doigts pour que tes petites abeilles se portent bien!

    • by Julie DEZES This is post author

      Merci Flore, les nouvelles du jour ne sont pas très bonne 🙁
      Mes protégées sont en train de mourir de faim. elles se sont fait piller il ya quinze jours, du coup il ne leur reste plus grand chose dans la ruche en miel.
      Je nourris je nourris je nourris et je croise les doigts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>